Language - EnglishLanguage - Français Misericordia - Online Store

CINE – CANNES latino 2012

Dès demain, la fine fleur du cinéma mondial sera présente à Cannes, pour la 65e édition du désormais célèbre festival international du film. Quels seront les films qui feront résonner des accents Latino-américains sur la croisette en 2012?

 

UN CERTAIN REGARD – EXODE RURAL 

Un certain regard, section dédiée aux films novateurs et atypiques, présentera cette année le second long métrage du colombien Juan Andrés Arango. Ce film, intitulé La Playa, est annoncé comme une plongée dans l’univers underground des coiffeurs Afro-colombiens de Bogota. Les premiers extraits laissent présager un film où cohabitent portrait social et témoignage de l’afro street-art des quartiers de la métropole Colombienne.

Dans la même section, le Mexicain Michel Franco présentera Despues de Lucia. Le jeune réalisateur retrouve la croisette après un accueil favorable pour son film Daniel et Ana en 2010.

Dans Despues de Lucia,  un homme veuf et sa fille emménagent, non sans difficultés, dans la gigantesque ville de Mexico. Avec La Playa, nous découvrirons des afro-colombiens des provinces de Colombie qui cherchent à s’établir dans la capitale Bogota.

Ces deux films témoigneront ainsi de problématiques contemporaines liées à l’exode rural des populations en Amérique du Sud. Coïncidence de la sélection, le film latino le plus attendu du festival traite du phénomène inverse : l’exode urbain. Il s’agit de Post Tenebras Lux, du mexicain Carlos Reygadas.

 

► COMPETITION – LE MAITRE REYGADAS

Post Tenebras Lux raconte (d’après synopsis) l’histoire d’une famille mexicaine délaissant la ville en s’en allant chercher un nouveau mode de vie à la campagne. On ne sait pas grand-chose sur ce nouveau film du réalisateur mexicain habitué au tapis rouge. Quelques photos viennent à peine d’être publiées ces derniers jours.

Reygadas s’est fait connaitre en imposant son style visuel rigoureux avec des films résolument inscrits dans une démarche artistique et conceptuelle. En 2007 il remporta à cannes le prix du Jury pour Lumière Silencieuse (titre original: Stellet Licht ). Mais son film le plus connut à ce jour reste Batalla en el Cielo, œuvre qui fit polémique sur la croisette en 2005, à cause de ses scènes de sexe non simulées.

Le Cinéaste mexicain revient aujourd’hui en maître, pour monter les marches de Cannes en tant qu’unique représentant du continent Latino-américain de la compétition officielle 2012.

 

ELEFANTE BLANCO – LE FILM POIDS LOURD

Retour à la sélection Un Certain Regard. C’est dans cette section que l’on trouve les vraies pépites ! Et cette année nous y retrouverons la star du cinéma Latino, Ricardo Darín, dirigé une fois de plus par le réalisateur Pablo Trapero pour un film intitulé Elefante Blanco. Les deux homologues Argentins avaient déjà collaboré sur Carancho, film que l’on peut à juste titre considérer comme l’une des meilleures productions hispano-argentines de ces dix dernières années.

On ne change pas une équipe qui gagne ! Le Duo Martina Gusmán/Ricardo Darín s’était fait remarquer lors de la sélection cannoise de Carancho en 2010. Ce qui valu l’honneur à l’actrice argentine d’être conviée parmi les membres du Jury de la compétition officielle l’année suivante. Pour Elefante Blanco, dans lequel Martina donne une fois de plus la réplique à Ricardo Darín, elle revient à Cannes pour la troisième année consécutive.

Elefante Blanco s’annoncerait alors comme l’événement Latino majeur de ce Cannes 2012. Pour couronner l’intérêt que l’on porte au film, il faut s’arrêter sur le nom du troisième acteur principal (écrit lui aussi en gros sur l’affiche) qui n’est autre que Jérémie Renier ! Jérémie Renier, le frenchy, qui pour mémoire interprétait Cloclo (le chanteur populaire français Claude François) il y a peu sur nos écrans. Nous pouvons donc éprouver un peu plus que de la curiosité envers la performance de l’acteur devant la caméra du réalisateur argentin le plus en vogue du moment.

 

Les festivaliers auront un deuxième rendez-vous avec l’Argentin Pablo Trapero. En effet, Le réalisateur figure aussi au générique du projet collectif  7 jours à la Havane. Ce film compile sept court métrages, chacun réalisé par un cinéaste international, tel que Gaspar Noé, Benicio del Toro ou le palestinien Elia Suleiman. Chaque court métrage représente un jour de la semaine, et tourné dans la ville de la Havane à Cuba. Le projet fait penser au film-concept Paris Je T’aime, les rythmes cubains à la place de l’accordéon et le soleil en plus.

 

HORS COMPETITION

Pour le reste de la programmation, Villegas, premier film de l’argentin Gonzalo Tobal sera en présenté hors compétition dans le cadre des séances spéciales. Séance spéciale aussi avec A Musica Segundo Tom Jobim, film Brésilien du cinéaste octogénaire Nelson Pereira dos Santos (83 ans).

Concluons cette revue des films latinos à Cannes avec la Sélection Cinéfondation qui sélectionne chaque année 13 films issus des écoles de cinéma du monde entier. Figurent à cette sélection 2012 deux films Latino-américains : Puede ver un Puma, d’Eduardo Williams (Argentine) et Los Anfitriones  de Miguel Angel Moulet (Cuba).

 

Cette sélection latino-américaine de films devrait amplement réchauffer nos cœurs, même en cas d’intempéries sur la croisette ! Pour ce qui est de la suite et pour découvrir nos impressions à chaud sur ces films, rendez-vous dans quelques jours…

Paul Bouchard.

Inscription newsletter Misericordia, toutes les nouvelles de la marque de mode.

Partagez les articles Misericordia


Laisser un commentaire