Language - EnglishLanguage - Français Misericordia - Online Store

Interview pour le magazine Unique

Aurelyen Misericordia

Aurelyen

Interview pour le magazine Unique / questions Sokha Keo

Comment travaillez-vous en amont d’une collection (croquis, protos, matières…) ?
Pour chaque collection, je passe trois mois au Pérou, le premier mois est toujours un moment d’énergie et d’immersion, je rassemble toute mon équipe pour franchir de nouvelles étapes et voir comment mieux avancer ensemble. Puis petit à petit le Pérou redevient mon pays, l’espagnol ma langue. Je regarde les yeux des habitants de Lima et l’évolution du Pays. Les vêtements se construisent alors au fur à mesure, entre ma lutte et la réalité pénétrante de l’Amérique Latine. Je dessine les modèles, mais l’étape la plus importante pour moi, c’est les corrections avec mes patronnières, de longues séances où l’on discute de chaque détail pour construire ensemble notre ligne. Les matières, je vais les trouver au marché de Gamarra au centre de Lima, notamment chez Jesus Textiles, mon fournisseur exclusif pour le jersey.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Ma source d’inspiration, c’est le Pérou. Ailleurs rien n’est possible. La collection s’écrit en espagnol et elle parle de notre histoire, celle d’un groupe de couturiers. Elle parle de nos émotions et notre doute perpétuel. Nous partageons le désir d’une autre réalité et chacun a une différente manière de l’exprimer. Dans leurs paroles, leurs gestes ou leurs silences, je vais chercher le cœur de Misericordia. C’est ainsi que se construit la collection. C’est mon interprétation et les messages que je veux leur transmettre qui se retrouvent sur les vêtements. Ce que j’aime, c’est le moment où les pièces coupées de la nouvelle collection reviennent encore chaudes de la sérigraphie et que les couturiers commencent à les coudre et me regardent avec un demi-sourire. A ce moment précis, ils savent que nous avançons ensemble et tout est dit.
Notre chemin est encore long, et régulièrement je suis maudit par tous les couturiers car chaque collection contient une grande évolution technique qui stimule notre savoir faire et nous permet de mieux comprendre notre travail. La couture est un métier très dur, toute une journée avec une machine à coudre entre les mains est parfois une torture. C’est pour l’instant le seul moyen que nous avons trouvé pour changer notre réalité et notre inspiration nous porte toujours ailleurs, vers le futur, une progression qui nous fait peur. Donc nous restons ensemble.

Quelle est la philosophie de la marque ?

Misericordia est une équipe de couturiers qui travaille avec ses mains, son esprit et son coeur depuis 2002 à Lima- Pérou.
L’espoir et la volonté sont en nous. Vivre, c’est lutter.
Nous cousons pour apprendre et voir un autre monde. Plus d’Utopie.

Quelles sont les tendances de la collection été 07 ?

La suprématie éternelle du bleu et de la moustache.

Que pensez-vous de l’évolution de la mode jeune ?

Je m’intéresse plus à l’évolution des jeunes qu’à l’évolution de leur mode. En toute confidence, l’évolution de la mode jeune est une question qui peut faire sourire au Pérou. Ici les gens achètent leurs vêtements au marché et le choix est assez misérable. Ici, on retrouve des déchets de l’évolution de la mode jeune et c’est pas beau à voir.
Léandro qui est l’image masculine de Misericordia est aussi celui qui coupe tous les vêtements Misericordia avec son pote Edwin. Un jour en aparté, il m’a demandé de lui ramener des vêtements d’Europe. A partir de cette date, tous les membres de Misericordia ont reçu une gamme complète de vêtements Misericordia. Leandro n’a jamais été aussi beau et personne de demande plus de choses d’ailleurs. Ils veulent porter leurs couleurs, malgré la peur de la différence.

Selon vous, quelles marques représentent le mieux les jeunes ?

Aucune, hélas. L’objectif principal des marques est de bouffer l’argent des kids, rien de plus. Il n’y a plus de sens, juste un look en carton pâte accompagné par des pubs brillantes et des stars prostituées. Au Danemark, il y a quelques mois, je suis allé crevé dans un fast food, autour de moi il avait plein de gamins entre 12 et 15 ans, tous avaient un sac Vuitton ou un ceinturon Gucci… c’était Trop ! Quand j’étais kid, je pouvais chialer pendant des heures devant ma mère pour obtenir une paire de nike à 300 francs qu’on achetait à Rosny 2. Tout cela ne nous représente pas, c’est juste la tentation, très loin de l’obscur objet du désir.

Quelle est, selon vous, la personnalité mode la plus intéressante du monde ?

Diane Pernet, la plus grande journaliste de mode au Monde, un diamant dans une dentelle noire. Vous pouvez regarder son blog sur: http://www.dianepernet.typepad.com/
Une âme de la nuit qui travaille dans le noir pour voir la vraie lumière. Les mails que nous échangeons à 3 heures du mat sont les plus précieux.

Quelles sont vos adresses shopping (et autres) préférées ?

Les magasins qui nous soutiennent depuis le début :
Le citadium (Merci Luc), Colette (amiga para siempre, elle a toujours été là), Lieu commun (Matali, Francis et Stéphane) où on trouve le plus beau choix de vêtements Misericordia.
Le bar Juanito sur la place de la municipalié à Barranco.
Le centre commercial Polvo Azules dans le centre de Lima, où on trouve des milliers de DVD pirates.

Une courte bio ?

Je suis né à Drancy(93). J’ai grandi en Seine Saint Denis, puis j’ai fait les beaux arts. Ensuite, j’ai voyagé loin en travaillant dans l’Art, L’Architecure et l’Enseignement. Et un jour, je suis arrivé au Pérou et j’y suis toujours. Je vais fêter mon 4ème noël de suite en regardant l’oceano pacifico.

Partagez les articles Misericordia


Laisser un commentaire